Magnitogorsk

le 19 décembre 2016 16:39

Magnitogrosk est une ville industrielle de 400 000 habitants bâtie en 1930 suite à la construction d'un des plus importants complexes sidérurgiques de Russie dont les travaux furent menés par des ingénieurs américains dans le cadre des plans quinquennaux de Staline pour concurrencer les bassin sidérurgiques des États-Unis.

Le fleuve Oural, qui est considéré comme la limite entre l'Europe et l'Asie, coupe la ville en deux et départage le centre ville (coté Europe) de l'immense zone industrielle (coté Asie). Malgré cette barrière naturelle il est arrivé à plusieurs reprise que les émanations toxiques et les fumées des usines soit propagées au centre-ville. Une atmosphère âcre qui remplit vos narines. Qu'on se rassure rien de bien toxique, nous promet-on.

La ville est implantée au bord du mont Магнитная, une montagne magnétique de fer quasi-pur. Depuis bientôt 100 ans son minerais alimente le complexe sidérurgique.
Maintenant épuisé de ses ressources le complexe récupère le minerais jugé auparavant pauvre en fer, recycle d'ancienne installation/vestige en métal et importe du minerais depuis le Kazakhstan dont les frontières sont seulement à 200km.
Il est important de noter sur la carte qu'aucun grand axe routier ne passe par Magnitogorsk. Ce n'est pas une destination touristique ni une ville de passage, si vous y êtes c'est pour une raison particulière.

Toujours dans les plans quinquennaux de Staline les fondements de la ville ont été érigés par des urbanistes Allemands qui ont organisé la ville de manière rentable du point de vue productivité de l'industrie. 3 larges et grandes avenues parallèles au fleuve et 3 immenses ponts qui mènent directement à la vaste zone industriel. Autant vous dire que l'originalité des rues, la diversité des infrastructures, la beauté des bâtiments n'ont pas été de mise.

logement Ci-dessus notre logement, sanctuaire de notre surveillance au nom de la bienveillance et du respect au règlement intérieur. Le check-in/check-out des clés est quotidien avec prise de note de l'heure et des noms des personnes qui nous accompagne. Habilement réservé à l'avance par l'université Russe, la surprise fut d'apprendre que notre loyer (encaissé uniquement en liquide à l'université) était 2 à 3 fois supérieur au loyer moyen de la ville. En mode inspecteur Le Blanko je lance l'enquête en côtoyant les ténors de l'administration russe.
gif_react

Malgré son isolement la ville a crée ses propres infrastructures. Hôpital, aéroport, tram, station de ski, parc aquatique, cirque, stade de hockey, église... Mondialisation oblige on retrouve Auchan, Décathlon, Macdonald... Elle possède son strict minimum pour vivre en autarcie.



Magnitogorsk fut une ville stratégique pendant la seconde guerre mondiale en produisant la moitié des chars d'assauts soviétiques, ainsi que le tiers des balles et des obus de l'armée. De par son importance elle fut décrété "ville fermé aux étranger" par le régime soviétique en 1937 puis rouverte en 1991.
Aujourd'hui encore il existe une quarantaine de ville fermées en Russie, chacune avec leur spécificité et leur dégrée de restriction.

La productivité d'armement maintenant arrêté, Magnitogorsk s'est depuis reconvertit tout en gardant quelques vestiges de chars éparpillés en guise de monument.

En parlant de monument voici au centre Тыл фронту : Haut de ses 15 mètres, entièrement en bronze, surplombant la frontière entre l'Europe et l'Asie il est le monument symbolique de la ville représentant l'artisan qui transmet l'arme au combattant. Impressionnant. Symbolique. Patriote.

Pour finir la ville s'est équipé d'un réseau d'eau chaude commun. Une seule centrale à fioul chauffe les 400 000 habitants à travers un labyrinthe d'énorme tuyau d'eau qui fait tourner un réseau d'eau chaude dans chaque bâtiments (même inhabité). On se retrouve avec des pièces surchauffés qui nécessite l'ouverture des fenêtres pour tempérer la pièce. La sensation de transiter fréquemment d'une atmosphère étouffante à un extérieur glaciale est très plaisante, comme une séance de sauna quotidien.

On lance les hostilités avec un restaurant ukrainien conseillé par nos étudiants de l'année précédente

img_slider

Le calvaire des routes en hiver, une étendu de glace bosselé ! Même à pieds on en perd le contrôle

img_slider

Vétuste mais robuste.

img_slider

Le recyclage Russe : on trie le gros du petit

img_slider

Supermarché 2.0

img_slider

Tous les produits d'épicerie sont disponible en libre service: riz, semoule, farine, épice, confiserie...

img_slider

Supermarché 0.2 avec Влади́мир, vendeur de patate par passion (j'adore sa veste)

img_slider

Il existe même des tireuses à bière dans chaque supermarchés ! Mais ce qui m'a séduit c'est la canette de 1L

img_slider

Le bus local, Marshrutka

img_slider